Léa Lansade

Léa Lansade
©Benjamin Favrat

Léa LANSADE

Léa Lansade commence la danse et la gymnastique en Bretagne. Elle intègre ensuite le CNSMD de Paris d’où elle sort diplômée en 2006.
Après ces années riches en aventures chorégraphiques, allant du répertoire à la création, elle rejoint le Groupe Urbain d’Intervention Dansée du Ballet Preljocaj, Centre Chorégraphique National d’Aix-en-Provence et poursuit sa carrière d’interprète auprès des chorégraphes Jean-Christophe Boclé, Emilio Calcagno et du metteur en scène Pierre Longuenesse.
Ses intérêts pour la musique et le théâtre la mènent à échanger avec différents artistes lui permettant d’expérimenter diverses formes de représentation, entre composition, écriture instantanée et improvisation, ainsi que différents espaces de jeu.
Titulaire du Diplôme d’État de professeur en danse contemporaine, elle enseigne parallèlement en conservatoire à de jeunes danseurs, des groupes d’amateurs et est également artiste associée au dispositif Danse à l’École du théâtre La Faïencerie de Creil depuis 2010.
Suite à sa rencontre avec Didier Théron, elle participe à la création de Shangaï Boléro, Festival Montpellier Danse 2011, et danse dans Hara Kiri, Nous Autres, Sacrément Gonflés, Les Gonflés.
En 2012, elle est à la création d’ Exploit, de Pauline Simon – pièce primée au concours Danses Élargies du Théâtre de la Ville – présentée en Septembre 2013 aux Théâtre des Abbesses.
À ce même moment, c’est en intégrant la compagnie De l’Entre-Deux qu’elle entame une collaboration auprès du chorégraphe Daniel Dobbels pour la création d’Entre les écrans du temps (mai 2014, Théâtre National de Chaillot).
Également interprète pour la chorégraphe Mié Coquempot K622 : 1080 – art de la Fugue, Sébastien Ly, compagnie Kerman : Au-delà de l’Absence, Aux portes de l’oubli et Daniel Dobbels : Sur le silence du temps. Elle danse dans Littéral.