maison fondée en 1982

dscf4873L’association Astrakan a été fondé en 1982, après que Daniel Larrieu remporte le deuxième prix au concours de Bagnolet. Son projet est de traverser des expériences, le plus souvent par le médium du mouvement et de la danse, d’appréhender des espaces de représentations différents, d’élaborer à partir de la matière chorégraphique des spectacles, des interventions dans des espaces extérieurs et de répondre à des commandes interdisciplinaires. Du monde lyrique, du théâtre, mais aussi interventions dans les musées. Après huit années d’indépendance de 1982 à 1989 (Chiquenaudes, La Peau et les Os, Romance en Stuc, Waterproof, Anima…), il est un des premiers « créateurs associés » à la Ferme du Buisson 1990-92, (Marchands, Bâtisseurs, Prophètes, Gravures, Rideau ou les trois jours de décembre), puis la compagnie s’est installée pour neuf ans (1994 à 2002) au centre chorégraphique national de Tours poursuivant les missions d’un CCN par le développement d’un festival « le chorégraphique » (reprise de Jungle sur la planète Vénus, création de Mobile, Delta, Feutre, On était si tranquille, Plus qu’hier, Cenizas…). Quittant volontairement ses fonctions de directeur en 2002, Daniel Larrieu retrouve l’indépendance et poursuit son travail de création et de collaborations. (N’oublie pas ce que tu devines, Never Mind, reprise de Waterproof, Never Mind, LUX projet sur le paysage, Ice Dream…)
Daniel Larrieu travaille avec fidélité avec des interprètes réguliers. Au-delà des créations artistiques, les danseurs de la compagnie interviennent en pédagogie en direction des amateurs, débutants ou danseurs confirmés.
Depuis 2010, Daniel Larrieu travaille avec d’autres chorégraphes, Pascale Houbin et Dominique Boivin pour EN PISTE, et avec Laure Bonicel pour BIG LITTLE BE. Il redevient interprète sur une proposition de la metteuse en scène  Gloria Paris, DIVINE en portant sur scènes des extraits parlés et dansés de Notre-Dame-Des-Fleurs de Jean Genet au théâtre de l’Athénée début 2012 et en tournée.  Le travail de la compagnie devient un travail ‘en compagnie de… ‘ établissant des rencontres et travaillant à des projets transversaux. Il chante et danse avec Jérôme Marin et Marianne Baillot dans L’Ame au Diable des chansons racistes et homophobes en décembre 2013. Il oriente son travail vers le théâtre. Il crée NUITS pour la 74e promo de l’Ensatt. Construit une installation pour les enfants en 2016 pour l’école Pierre Perrin, et redanse pour d’autres, Thomas Lebrun, Pierre Pontvianne.
Astrakan à été conventionnée par la Drac Ile-de-France jusqu’à 2013. La compagnie a été associé au Manège de Reims, en collaboration avec le Centre de développement chorégraphique de Picardie, l’Echangeur pour les années 2010-2013. Elle défend une posture indépendante.  Ce choix de décroissance (presque ) volontaire est un acte politique. Inventer de nouvelles constructions économiques dans le paysage culturel national, autant dire un défit…La compagnie est associé à la Ménagerie de Verre ou elle a ses bureaux, elle dispose régulièrement de studio de répétitions, elle est associé de 2017 à 2019 au Cda d’Enghien-les-Bains.

En 2018, Elle devient Collection Daniel Larrieu qui travaille autour de trois axes : plastique, scène, et transmission.

La présidente de l’association ASTRAKAN est Victoire Dubruel.