waterproof

Waterproof

« En 1985, Anne Frémy invite différents artistes à déplacer leurs outils et leur processus de création dans l’eau. Quelques danseurs se retrouvent à la piscine de Vincennes pour des moments subaquatiques.
En 1986 Astrakan est reçu en résidence à Angers autour d’un projet qui fera date, et travaille pendant trois mois dans la piscine Jean Bouin à l’élaboration de Waterproof. Période particulière de la danse contemporaine française qui s’approprie des lieux publics et les transforme en lieux de représentations.
A l’occasion des 20 ans de cette production et sur proposition de Pascale Henrot, directrice adjointe du festival Paris Quartier d’Eté, je décide de recréer cette pièce. Je contacte donc les interprètes de l’époque, et invite d’autres danseurs à participer au projet.
Travailler intensément en milieu aquatique conduit à l’expérimentation de champs inhabituels, et à la découverte d’un autre usage des sens, d’un autre mouvement. Reprendre cette création – singulière dans mon parcours – constitue un retour sur ces expériences et sur l’étendue de celles conduites par la danse contemporaine ; c’est rappeler les enjeux que ce mouvement représente.
Waterproof est une pièce aux sonorités de guerre, de lutte, de combat, ici avec l’élément liquide, une manière de respirer, de prendre de l’air, de conduire le mouvement. Peu de gens ont vu cette production, beaucoup connaissent le film. Retour au présent, 20 ans plus tard. »Daniel Larrieu, janvier 2005

À l’origine de Waterproof : Tabu

1981, Anne Frémy, « maître-nageur chercheur » à la piscine municipale du Pré-Saint-Gervais, lance le projet Tabu*. Praticienne de la transmission et de l’apprentissage, elle s’interroge aussi sur l’histoire des pédagogies dans ce domaine.
Après avoir décidé de mêler l’art et le sport, elle en vient à questionner les rapports entre l’architecture, l’eau et la pédagogie. « Les qualités plastiques de l’eau, son ubiquité sont occultées par le cadre rigide imposé par l’architecture des piscines : modèle figé, produit par l’esthétique fonctionnaliste du 19ème siècle et reproduit comme modèle institutionnel. Cette architecture produit des stéréotypes de comportement et conditionne les rapports pédagogiques, ainsi que la jouissance et l’intelligence de l’eau. »
[…]
Considérant « la piscine comme un atelier, un laboratoire, où mettre en interaction des pratiques, des disciplines, des connaissances exclusives les unes des autres dans l’architecture fonctionnaliste ignorante de la nature transversale de l’eau », elle déclare « solliciter les artistes pour qu’ils interviennent sur l’élément, le corps, le lieu, les rapports humains, qu’ils perturbent ces éléments et s’approprient la piscine à la fois comme un territoire saturé et comme un terrain vague. »

Tabu / Waterproof
L’atelier existait depuis déjà deux ans au Pré-Saint-Gervais lorsque j’ai invité Daniel Larrieu. Y participaient des danseurs (Jacques Patarrozzi, Hervé Diasnas, Yano est venu deux fois) et des pratiquants-chercheurs de yoga, tai-chi, danse contact, prof de gym, nageurs. Ces deux années avaient déjà permis de produire un certain nombre d’ »images » qui ont été absorbées par Waterproof. L’année où j’ai invité Larrieu, il s’agissait de faire se rencontrer danse contemporaine et natation synchronisée.  J’ai donc monté un atelier à l’Institut National des Sports, avec l’équipe de France de natation synchronisée. Leur entraîneuse nous donnait des cours de synchro ; Daniel Larrieu donnait des cours de danse aux nageuses de l’équipe de France ; un troisième temps était consacré à un atelier de recherche. Michel Reilhac participait à ce projet et il a invité Larrieu au CNDC… Aujourd’hui, pour la reprise, il ne reste qu’une nageuse d’origine sportive, ma soeur, Claude Frémy, magnifique nageuse-danseuse, qui fut aussi maître-nageur et qui a beaucoup apporté à ce projet. C’est, entre autres, à propos de cette volonté de rapprochement de deux milieux opposés, art/sport, que le projet a eu un sens « politique ». Et aussi le désir de décloisonner et d’ouvrir un lieu populaire de Seine-Saint-Denis à l’art. Il est vrai aussi que 1981 était un contexte historique de rêve pour lancer Tabu*.

Le soutien de personnalités du monde de l’art, comme Jacques Guillot et Victoire Dubruel, fut essentiel. D’autres artistes ont participé à ce projet : le peintre Erro, la conteuse Muriel Bloch, le peintre et performer Olivier Agid, le compositeur de musique subaquatique Michel Redolfi, plusieurs compositeurs pour l’ambiance sonore aérienne (Thom Willems,  Palix, Gilles Grand, Ghédalia Tazartès, Louis Dandrel), Brian Eno pour une visite de curiosité qui avait donné lieu à une amusante séance sonore avec les bébés nageurs etc.
Je m’intéresse toujours à l’eau, aux piscines et à la pratique de la natation. J’ai découvert ailleurs qu’en France d’autres pratiques et d’autres architectures (Japon, Islande, Hongrie …). Les films Tokyo Marine et Blue Lagoon, produits dans le cadre des bourses l’Envers des Villes et la Villa Medicis Hors les Murs, ont été montrés dans des expositions, en particulier Cities on the Move. Ces recherches nourrissent également des collaborations avec des architectes (Nouvel, Bouchain).
Lors d’une résidence à la Villa Kujoyama (Kyoto) en 2005, j’ai rencontré et filmé les pratiquants d’une natation merveilleuse créée au 16e siècle et issue des arts martiaux. J’espère que bientôt, ces recherches feront l’objet d’une édition.

Anne Frémy, propos recueillis par Denise Luccionni, avril 2006

*Tabu, poème lyrique sur les amours de deux amants interdites par la tradition, est le dernier film de Murnau, en collaboration avec le documentariste Flaherty.

Waterproof naît d’un triple mouvement qui touche la danse dans les années 1980 en France sur fond de changement politique majeur. Elle émerge en se taillant une place à soi, indépendante des danses classique et moderne. Elle se coule dans les espaces inoccupés de la création en profitant de la pauvreté des étiquettes et s’octroie en conséquence le territoire le plus ouvert possible. Elle affirme haut et fort prendre pour pataugeoire tout le vaste monde sans exception. Daniel Larrieu, ex-élève jardinier et toujours explorateur par le mouvement d’un ailleurs immatériel, accepte joyeusement de changer d’élément et de se jeter à l’eau, lorsqu’une passionnée « maître-nageur chercheuse », Anne Frémy, l’embarque dans une aventure aquatique. Vingt ans après, Waterproof renaît comme la partie insubmersible d’un iceberg lumineux d’expérimentations et de spéculations tournées vers l’avenir. La plupart des interprètes créateurs ont répondu « présent » pour une reprise de mousquetaires, vingt ans après. Rien de familier dans cet OVNI chorégraphique, quelques bribes reconnaissables, graphiques ou cinématographiques, des impressions fugaces de déjà vécu – mais où et quand ? – surtout l’image d’une tribu étrange de mutants, d’une autre humanité abordant le monde par la face mouillée dans un faux silence peuplé de souvenirs prénataux. Des jeux enfantins ou sophistiqués intègrent à la chorégraphie la respiration en surface, le moins d’agitation possible des nageoires et branchies, des perspectives déformées, des anamorphoses, des contorsions et des grands écarts de déités hindoues, comme l’apprivoisement tranquille de l’élément liquide en vue d’un avenir heureux de l’humain en poisson.

Denise Luccioni, programme du festival Paris Quartier d’Eté – 2006

Waterproof en 1986 :

création à la piscine Jean-Bouin d’Angers du 25 au 29 mars 1986, puis tournée en France et à l’étranger dans les piscines de Darthmouth (Etats-Unis), Echirolles, Grenade (Espagne), Londres (Royaume-Uni), Mntréla (Canada), New-York (Etats-Unis), Reims, Rouen…

distribution d’origine :

chorégraphie Daniel Larrieu
assistante Cathy Rees
assistante aquatique Anne Fremy
interprètes Dominique Brunet, Alain Buffard, Didier Chauvin, Anne Fremy, Claude Fremy, Daniel Larrieu, Bertrand Lombard, Michel Reilhac, Laurence Rondoni
lumières Françoise Michel
partition sonore Jean-Jacques Palix, Eve Couturier
costumes Junko Shimada, Roger Flea
polyuréthane Daniel Cendron
direction technique Christophe Marquis
réalisation vidéo Jean-Louis Letacon
assisté de Luc Riollon
prise de vue subaquatique Henri Alliet
coordination générale Jean-Pascal Lévy Trumet
production Astrakan recherches chorégraphiques, Centre national de danse contemporaine d’Angers, Ministère de la Culture – Direction de la Musique et de la Danse, Swatch, Arcanal, Vidéogram, Ex nihilo, Junko Shimada, Deuxième bureau
remerciements Comex, personnel de la piscine Jean-Bouin, Tabu, Cointreau, Zig-zag médical, ville d’Angers, service des bâtiments

Waterproof en 2006 :

re-création les 21, 22 et 23 juin 2006 à Angers / Piscine Jean-Bouin

chorégraphie Daniel Larrieu
assistante Fanny de Chaillé
interprètes Jérôme Andrieu, Dominique Brunet, Alain Buffard, Didier Chauvin, Mié Coquempot , Agnès Coutard, Claude Fremy, Christophe Ives , Bertrand Lombard, Michel Reilhac
lumières Françoise Michel
costumes Roger Flea
partition sonore Jean-Jacques Palix, Eve Couturier
régie et réalisation vidéo Sophie Laly
direction technique Christophe Poux
réalisation vidéo 86 Jean-Louis Letacon
assisté de Luc Riolon
prise de vue subaquatique Henri Alliet
montage Catherine Rees et Luc Riolon
production Astrakan
coproduction et résidence du CNDC / Centre national de danse contemporaine Angers
en partenariat avec le Festival Paris Quartier d’Eté, la Ville d’Angers, l’Espace 1789 et la Ville de Saint-Ouen, le Conseil Général de Seine Saint-Denis
avec le soutien de l’ADAMI, qui gère les droits des artistes-interprètes (comédiens, chanteurs, musiciens, chefs d’orchestre, danseurs…) et consacre une partie des droits perçus à l’aide à la création, à la diffusion et à la formation.
remerciements à Pascale Henrot, Laurence Rondoni, Pep Garrigues, Elodie Robin, Florent Morvan, Charlotte Duedal, Yohann Voisin, Jean-Jacques Mérand, François Laurent, Gaël Jouet, l’équipe du CNDC, l’équipe de la piscine Jean-Bouin, le service de l’action culturelle et le service des sports de la ville d’Angers, Fin novembre, pi:es, 24 images, la piscine de l’université Paris X Nanterre, le club de natation synchronisée d’Angers, la boutique du nageur
remerciements particuliers à Anne Frémy